AdopteUnMec.com

Petit éloge de la lenteur amoureuse

La réouverture et le printemps arrivent à point nommé après une année privée de rencontres et de festivités. Avec la reprise de la vie, viennent aussi les désirs de rencontre, d’imprévu, de magie douce, de plaisirs amoureux voire de coups de foudre. Pour autant, faut-il se précipiter comme des prisonniers recouvrant leur (semi)-liberté, ou au contraire prendre le temps de prendre son temps ?

Entre les deux nos cœurs balancent

S’il est vrai que nos désirs amoureux comme sociaux ont été muselés ces derniers mois, notre seule manière de réagir à la réouverture est-elle un sentiment lié à l’urgence, c’est-à-dire au besoin ? À l’inverse du besoin qui s’inscrit dans l’ordre de la contrainte et de la nécessité, le “avoir envie” est plus léger, plus souple et peut-être même plus libre. Choisir d’avoir envie plutôt qu’avoir besoin implique que nous sommes plus ouverts à l’impermanence des occasions, à ce qui arrive ou n’arrive pas. C’est prendre les choses telles qu’elles viennent plutôt que chercher à forcer leur cours et à leur imposer une forme pré-établie. En prenant le temps de se rencontrer plutôt que de sauter sur l’occasion d’être simplement avec quelqu’un, on peut davantage se donner la joie de savourer pleinement ce qu’on est en train d’expérimenter. La lenteur, si elle n’est pas imposée de l’extérieur mais volontaire et désirée, peut être l’occasion d’une découverte plus intense, plus riche et plus approfondie de l’autre et de soi.

Rythmer son temps 

À l’heure où la tendance va plutôt dans le sens d’une certaine vitesse, la lenteur, notre propre lenteur est à conquérir intérieurement par chaque sujet. Un rythme plus lent ne nous est pas donné, nous avons à le fabriquer, l’inventer, pour soi comme ensemble, à deux (ou plus…) ! Cela implique sûrement de se reconnecter à notre désir profond, à notre vitalité essentielle, à ce qui nous anime de manière personnelle et individuelle. Dans la lenteur, il y a une question d’écoute et de confiance dans l’écoute qu’on s’accorde et qu’on accorde à l’autre. On peut apprendre à être à l’écoute de ses désirs et de son rythme intérieur, cela signifie parfois l’envie de voir beaucoup notre nouvelle conquête ou l’envie de prendre les choses différemment en espaçant les rencontres. Il n’y a pas de règles, finalement, l’essentiel est de s’écouter mais aussi de communiquer sur nos envies, nos manières d’envisager les choses.

Prendre le temps 

Pour tomber amoureux il faut d’ailleurs être patient, en 2018, nous avions mené une étude nous apprenant que le sentiment amoureux mettait, en moyenne, 254 jours à apparaître Prendre son temps en favorisant le slow-dating, ce n’est pas s’obliger à ralentir, mais plutôt privilégier chaque instant comme unique, appréhender chaque moment passé ensemble dans une joie généreuse et ouverte. Par ailleurs, la lenteur, émotionnelle comme sensuelle est connue pour décupler les sensations, les perceptions et la sensibilité.

Quoi de plus tentant ?

J. B. 

back to top