AdopteUnMec.com

L’idéal amoureux en toute complexité

À 12 ans, une seule chose m’obsède : les surfeurs blonds aux yeux bleus. Je les vois en rêve, je les vois à travers le blond de l’école qui n’a jamais touché une planche de sa vie, je les vois partout. L’été, je les cherche sur le sable près des vagues. Je supplie mes parents d’aller séjourner sur la côte l’été d’après, allez, s’il vous plait. L’océan, maman, c’est quand même le pied, et puis Jérémy adore surfer. C’est à 18 ans que, brusquement, me voilà prise d’une grippe blonde. Je ne les aime plus. Le blond des blés les rend doux, fades, insignifiants. Mon obsession disparaît. Comparé à ces bruns aux yeux noirs à la peau mate et la barbe mal taillée plus belle qu’une planche. Mon idéal s’est transvasé sur un nouvel idéal. Mais finalement, qu’est-ce que l’idéal amoureux ?

Le fantasme du romantique

Dans Les Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy, Maxence et Delphine incarnent par excellence ces personnages qui vivent pour l’idéal amoureux. Maxence, un marin de passage à Rochefort, blond d’ailleurs, arbore tout au long du film une peinture qu’il a réalisé lui-même, une peinture qu’il appelle « l’idéal féminin en toute simplicité ». Il s’avère, et c’est là toute la beauté de l’art demycien, que la peinture correspond parfaitement au visage de Delphine. La comédie musicale offre également l’idéal en chansons à travers les paroles chantées par Maxence et Delphine : « Je l’ai cherché partout, j’ai fait le tour du monde », « Je pourrais vous parler de ses yeux de ses mains, je pourrais vous parler d’elle jusqu’à demain, son amour c’est ma vie, mais à quoi bon rêver, l’illusion de l’amour n’est pas l’amour trouvé », « Je le rencontrerai car je sais qu’il existe ». Une chanson romantique, plus que romantique même, qui détonne comme une quête insatiable de l’idéal sans quoi la vie ne mérite pas d’être vécue. Mais même si Les Demoiselles de Rochefort nous offre la possibilité que rencontrer l’idéal amoureux existe, qui nous dit que les deux personnages, une fois réunis, ne trouvent pas des dissonances chez l’un ou chez l’autre ? Qui nous promet, à travers cette fin heureuse que l’idéal est l’envers du fantasme ?

Idéal amoureux ou connexion ?

Nous rêvons de quelqu’un qui n’existe pas façonné par nos rêves. L’idéal est l’inverse du réel. Il relève d’un fantasme faussé et imagé que nous nous projetons dans le temps pour nous maintenir en vie et, ainsi, nous faire garder l’espoir qu’enfin, quoi, si l’idéal existe, le bonheur que je ne goûte pas maintenant existera un jour aussi. Et à trop projeter, on finit par rater de belles occasions de vivre des rencontres qui, certes, ne correspondent pas à nos attentes limitées, mais enrobent toute notre âme de beauté. Et voyez-vous, lorsqu’on se laisse prendre au jeu du hasard, la vie nous surprend, car on pensait nos désirs immuables, nos goûts figés, lorsque l’exact opposé nous prouve que l’idéal amoureux est bel et bien une idée. Pourquoi ? Parce nous changeons. Nos goûts ne sont pas les mêmes qu’il y a 10 ans, 5 ans, 1 an. Secondo, parce que l’énergie entre deux personnes est le véritable idéal amoureux. Rien ni personne ne remplace la connexion établie entre deux âmes, pas même Bella Hadid.

Mais… Si cela existait vraiment ?

Karma ou chance, certains finissent quand même pas trouver l’idéal rêvé depuis la plus tendre enfance grâce à nos indémodables et incroyables, j’ai nommé, Disney. Trouver l’idéal amoureux, sublime trouvaille, feu sur nos cœurs, jackpot, cela arrive. À une infime partie de la population, il faut bien l’admettre, mais à quelques personnes tout de même.

Alors, continuerez-vous à attendre qu’il existe comme le chante Maxence ou préférerez-vous vous atteler à la magie du hasard ? Puisqu’à bien égards, la vie nous surprend. Elle nous surprend toujours.

@LaDélicatesseDesMots

back to top