AdopteUnMec.com

AdopteUnMec.com

La passion peut-elle durer toujours ?

Le début d’un amour a quelque chose des premiers jours d’été. Une inspiration enivrante nous saisit et nous murmure que décidément, cette personne a quelque chose de différent des autres. On s’aime « à en perdre la raison » : chaque nuit devient une quête infatigable à la découverte du corps de l’autre, les caresses qu’on croyait connaître nous surprennent et son regard brûlant a le goût du danger. Or, comme tout ce qui brûle, la passion a aussi son crépuscule : quel jour attend les amants pour qui le soleil de la raison s’est finalement levé ?

La passion a tendance à s’atténuer avec le temps 

La passion peut mourir. Didier Dubois désigne son fossoyeur en affirmant: « La raison tue la passion ». Or, il semble difficile d’envisager une relation de plusieurs années dans laquelle ni l’un ni l’autre des partenaires ne retrouverait tôt ou tard ses esprits.

Les premières passions sont le moment d’incarnation de l’idéal que l’autre est à nos yeux. Or, les expériences avec lui se multipliant, on voit nécessairement d’autres facettes de cette personne qui mettent en cause notre projection fantasmée.

Une réflexion qui en dit long, un geste qui n’a plus le charme de la surprise ou tout simplement des scènes de la vie quotidienne, nombreux sont les carreaux cassés aux fenêtres de notre palais imaginaire. On découvre que l’autre n’est ni plus ni moins qu’un être humain, plus sensible et moins sublime que l’idéal que nous nous en faisions.

La relation peut éclore hors du cocon passionnel

Bien que la passion romantique en ait été un des premiers moteurs, le couple peut continuer à avancer même lorsqu’elle s’atténue. Là ou la passion fane, des racines peuvent avoir poussé en profondeur : celles d’une relation plus réfléchie et mûre. On commence à faire des projets, à se faire confiance, on apprend à connaître l’âme qui sommeillait à l’ombre de nos brûlants désirs. Au demeurant, cette transition peut aussi être un moment de rupture.

L’amour-raison offre une autre forme d’intimité, rassurante et apaisée : on sait ce qui nous plait chez l’autre et pourquoi on souhaite construire avec cette personne. Et puis, on se surprend à aimer traîner un dimanche matin sans être tout le temps sur notre 31, à faire la cuisine en se mettant de la sauce tomate partout, à défaire le bouton de son pantalon après avoir mangé.

Aux amants sublimes et cruels se superposent deux camarades dévoués. Les grecs distinguent ainsi Eros, l’amour-passion, d’Agapê, l’amour-amitié. La synthèse étant Philia, l’amour profond.

La passion, de la glue sur les legos

Faire rejaillir la passion dans un couple, ce n’est pas chercher un paradis qui aurait été perdu lors d’une hypothétique chute vers l’enfer de la routine, c’est réinventer le danger qui nous plaisait et dont nous avons toujours besoin. C’est retrouver l’autre dans le frisson d’une ambiance, d’une caresse, de ce regard. C’est sentir à nouveau cette part d’inconnu chez celui dont on aime ce que l’on sait, c’est jouer à se brûler quand les choses ont tiédi.

Retrouver la passion demande avant tout d’avoir assez envie de l’autre pour la chercher, de faire l’effort de nous surprendre et de se reconquérir fréquemment.

Ainsi, la passion pourrait durer toujours, sans être jamais « ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre » (Paul Verlaine, "Mon rêve familier").

Par @lunesnoires Jean Dizian

back to top