AdopteUnMec.com

J'ai croisé un pote au cinoche... à une séance érotique

Le week-end dernier, je n’avais rien de prévu : pas d’anniversaires surprises ratés, pas de mariages champêtres, pas de crémaillères en banlieue, pas de pots de départ pour des tours du monde de 3 semaines, pas de déménagements à 9h du mat’. RIEN.

La perspective d’un week-end tranquille et sans contraintes m’a alors totalement emballée.

J’ai commencé à m’ennuyer dès le samedi matin et puis j’ai repensé à ma super liste. En fait c’est une liste de listes de trucs que je voudrais faire dans la vie. Je suis donc allée la décoller de mon frigo. En soulevant mon magnet Ricard j’ai lu : « aller voir un film de cul au cinoche ». Je ne sais plus pourquoi j’ai marqué ça mais j’ai trouvé que cette idée avait un petit côté désuet très charmant.

Le Destin m’a alors envoyé un gros signe en lettres capitales : le FESTIVAL DU FILM DE FESSES avait lieu au même moment à Paris.

Je n’ai pas hésité une seule seconde et j’ai pris ma place. Mais qu’est-ce qu’on met pour voir un boulard au cinéma ?

Je cherchais absolument à avoir l’air chic et décontractée mais en vain. Peu importe ce que je mettais j’avais toujours l’impression d’avoir l’air d’une obsédée sexuelle. J’ai opté au final pour une combinaison noire, des lunettes de soleil et un k-way. C’était un échec, il faisait finalement super chaud. En plus je me suis dépêchée parce que j’allais rater le début.

Du coup je transpirais anormalement à cause du plastique de mon anorak. J’étais ainsi maxi rouge en arrivant devant la Filmothèque. J’avais honte d’être aussi rouge du coup j’avais du rouge de chaud et du rouge de honte partout sur la tronche. Pas top. Je pensais entrer me cacher vite fait à l’intérieur mais non il fallait attendre dehors et en plus il y avait une grosse queue ! Tout le monde est venu accompagné sauf moi. Et moi je me suis retrouvée toute seule dans cette putain de queue à penser au fait que je disais beaucoup queue.

Mon téléphone s’est mis à sonner. Ma mère. ELLE SAIT. J’ai hésité à répondre et en même temps cet appel allait me donner de la contenance. Je pourrais enfin arrêter de regarder mes pieds en essayant de faire croire que j’assume vachement ma présence dans cette QUEUE.

- Coucou ma chérie, tu fais quoi ?

- Je vais au cinéma.

- Tu vas voir quoi ?

- Pirates des Caraïbes.

- Super rappelle moi après je t’aime mon gros bébé

- Bisou.

En raccrochant j’ai essayé de mettre au point toutes mes techniques de discrétion.

J’ai commencé à me baisser pour faire mes lacets. Je me suis alors penchée en avant quand j’ai senti la queue avancer. Enfin la file, bref quelqu’un m’a un peu bousculée, je me suis redressée et j’ai enfin pénétré dans la salle de projection.

Je ne voyais rien avec mes lunettes de soleil. Je n’ai pas pu les enlever tout de suite car elles sont à ma vue et j’ai à peu près – 800 à chaque œil.

Je me suis alors tapée toute une rangée de spectateurs dans le noir.  Je me suis excusée 32 fois après les avoir tous enjambés en écrasant leurs pieds.  Je me suis ensuite affalée le souffle court et toujours aussi transpirante sur mon petit siège. J’étais enfin prête à voir toute une série de courts métrages érotiques pour la première fois au ci…

- Jeanne ?

Je me retourne. Putain c’est Hugo. Mon pote de fac que j’avais pas vu depuis 5 ans. D’habitude quand on croise quelqu’un par hasard on dit : « Enorme ! Qu’est ce que tu fais là ? ». Personne n’a rien dit. On s’est regardé en rigolant. On a arrêté de rigoler dans le silence le plus total afin de permettre à la gêne de s’installer sans soucis.

Nous avons été bénis par le Dieu du Porno qui a fait en sorte que le premier film commence. J’ai pas mal paniqué en imaginant les conversations plutôt étranges qu’on pourrait avoir en sortant.

- C’était intéressant comme fellation non ?

- Oui et le montage est vraiment bien fait.

J’ai très vite arrêté de stresser. Il y avait beaucoup de beauté, d’humour et de bienveillance dans cette salle. C’était assez émouvant de voir les réalisateurs et réalisatrices sélectionnés pour la première fois en festival et défendre si bien leur film.

Je suis sortie heureuse et satisfaite d’avoir découvert de nouveaux talents.

Ah oui et du coup avec Hugo on a bu des coups et il m’a raconté que sa vie était super boring et je me suis rappelée pourquoi je l’avais pas revu depuis 5 ans. Par contre la queue du FFF risque, elle, de me revoir…

Jeanne

Notre partenaire | Rock En Seine

back to top