AdopteUnMec.com

Il y a de Lorage dans l'air

Lorage, c’est Thibaut, une voix calme et des textes ciselés. Une sensibilité qui s’organise et se balise sereinement, pour un rap dans l’air du temps, onctueux et sensuel, qui se tient bien. A tous niveaux d’ailleurs : musicalement bien élevé, l’instinct animal s’y ébroue en douceur, sans aucune faute morale.

En effet, l’artiste de 24 ans est bien loin des convenances. Si aujourd’hui, il semble être solide sur ses appuis et savoir où il va, il raconte que ça n’a pas toujours été le cas.

 

Le suisse originaire de Fribourg a baladé son accent trainant de Paris jusqu'en Colombie, dans une ferme chamanique, en passant par l’hôpital psychiatrique. Il s’est perdu puis retrouvé entre les antis dépresseurs et l’Ayahuasca (breuvage amazonien et ultra hallucinogène). Mais aujourd’hui, il est bien loin des extrêmes, juste un peu de weed de temps en temps.

Et s’exprimer

Car Thibaut, c’est un mec de mots. Dont il se nourrit et qu’il a besoin de sortir de lui comme on se purge. Et si tous les moyens sont bons, c’est dans le rap qu’il s’impose comme homme de paroles.

Il raconte son hyper sensibilité qui le grillait, ses doutes de parcours, ses voyages au bout du monde. Il raconte aussi ses envies de s’extirper de la matrice sociale, de prendre du recul, de jouer au jeu de la vie selon ses règles. Il raconte aussi les solutions qu’il a trouvées, celles qu’il expérimente et celles des autres qui glissent sur lui, sans pénétrer. Sait-on jamais, selon lui certaines idées ont besoin de mûrir pour te faire grandir.

Il faut dire que Lorage se raconte bien. Tu peux d’ailleurs l’entendre apaiser les esprits et chasser les nuages noirs sur sa chaine Youtube @ÂmesEnChantier. Et crois moi, après son passage, tu as de grandes chances d’apercevoir le soleil.

 

« Je devrais défendre mon pré carré si je veux que mon cercle soit vertueux. »

Improbable mais véridique, Lorage et Jessy Matador ont un point en commun : « pas de faux semblant ». En effet, l’artiste regarde désormais la vie droit dans les yeux. Et le dernier qui plie a perdu. Lorage a décidé de miser sur l’art pour gagner. C’est la « vengeance par le succès ».

D’ailleurs en ce moment, il sort des cartes de ses manches :

« Château de cartes » son morceau qui grimpe les tops en avalant les places comme le dalleux son kebab en retour de soirée, met déjà tout le monde d’accord : il est bon.

Créatif, ambitieux, Lorage c’est un mec qui marche à côté de la ligne, sans jamais ni la suivre avec exactitude, ni la perdre des yeux. Il confie que son nom vient du plaisir à rester cloîtré chez soi quand le tonnerre gronde. Plus besoin de se chercher des excuses pour ne rien faire et aucune culpabilité quant à louper d’éventuels trucs qui pourraient se passer.

D'ailleurs certaines choses ont du mal à passer.

Comme les femmes

Responsables en grande partie de ses tourments, elles sont aussi le sujet central de sa musique. Avec la délicatesse de Marc Lavoine et un flow à la Nekfeu, il te le pose sur des instrus tendres.

D’ailleurs si son son t'est mélodieux, c'est parce que les assonances et les allitérations sont travaillées à la manière des « backpack rappers ». Ces mecs qui écoutent du rap underground et conscient, tout en raffinant leurs lyrics pour qu’elles te percutent autant mélodiquement qu’intellectuellement.

Mais lui te percute comme l’on caresse. Tu sais, la foudre est déjà tombée quand l’orage bat son plein : l’abcès se crève et la pression retombe.

Bienvenue au temps des éclaircies.

Candice Joncour

back to top