AdopteUnMec.com

AdopteUnMec.com

Être un homme en 2022

La dernière fois, j’avais évoqué la question de la représentation du couple au sein de notre époque et de notre société. Mais pour comprendre le couple, j’ai réalisé qu’il était d’abord nécessaire de comprendre les personnes qui le composent. Vous, moi ; nous quoi.

Qu’on se le dise, c’est un sujet sur lequel on pourrait plancher longtemps. Mais pour éviter de me perdre et de vous perdre par la même occasion, je vais tenter d’être synthétique.

Je pense que vous l’aurez compris, mes amis m’inspirent souvent mes écrits. D’ailleurs, je les remercie, et vous devriez en faire autant. La dernière fois, toujours pendant un apéro, l’un d’entre eux a osé, au péril de sa vie, faire une remarque empreinte de machisme. Pour ceux qui connaissaient son humour provocateur, c’est passé crème. Pour les nouveaux arrivants, ça a été l’indigestion. Mitraillé du regard, il s’est aussitôt attiré les foudres de celles et ceux qui n’ont pas su déceler sa taquinerie à travers son sourire. Pour vous la faire courte, son corps repose aujourd’hui, enseveli sous une dune.

Plus sérieusement, et comme souvent quand il s’agit de sujet délicat, quelques mots ont suffi à lancer le débat. Et parmi ces mots, un argument. Enfin… pas le meilleur ni le plus développé, mais une phrase en particulier qui m’a interpellée : « De nos jours, on n’ose plus rien dire ni faire. » Peut-être parce que cette phrase justement, je l’avais déjà entendue, et ce à plusieurs reprises.

Et alors je me suis demandé : s’ils sont plusieurs à le penser et à l’exprimer, peut-être y a-t-il réellement pour ces hommes, une part de vérité ; un malaise ambiant ?

Si les mœurs de notre société évoluent de plus en plus rapidement, il ne faut pas oublier que nous avons été élevés par nos parents, qui ont été eux-mêmes élevés par leurs parents. Si chaque génération apporte une nouvelle ouverture sur les mentalités, celles-ci peuvent parfois mettre du temps à se transformer au sein des familles, jusqu’à en devenir une norme, une évidence.

Du coup, on pourrait considérer que les hommes, nos hommes, gardent encore en eux, et de façon souvent inconsciente,  les traces d’une éducation basée sur les principes d’une virilité définie et instaurée bien avant leur naissance. La plupart ont donc malheureusement encore été éduqués dans le sens que l’on attend d’eux qu’ils se montrent forts et protecteurs, n’éprouvent pas ou peu d’émotions, cachent leurs sentiments et ne se laissent pas déborder devant autrui.

À l’inverse, ils vivent et évoluent dans une société où nous leur demandons à présent de montrer leurs faiblesses, leurs failles et leur sensibilité, et d’oser parler sentiment sans rougir.

D’autre part, après avoir clamé pendant des siècles que c’était aux hommes de faire le premier pas et de se montrer entreprenants — toujours dans le respect et avec le consentement de la dame — on leur retire soudain ce droit et cet honneur sous couvert que c’est passé de mode.

Quand les rues et les métros sont le repaire de goujats irrespectueux, il ne faut pas oublier qu’il reste encore tout de même des hommes qui rêveraient de nous séduire de la plus agréable des manières et qui, malheureusement, n’osent plus le faire par peur de passer pour le lourd de service ou pire, pour harceleur.

D’ailleurs, que fait-on de la galanterie ? Est-elle à proscrire ? Si c’est le cas, personnellement elle me manquera.

En réalité, je crois que la question principale qui émerge de tout ça, c’est celle des repères. Où sont-ils ?

Aujourd’hui, ne sachant plus comment être ni se comporter, de plus en plus d’hommes se disent désorientés face à tant de contradictions et tant de subtilités. Chaque femme possède ses propres limites, ses envies et ses appréciations. Un compliment peut être considéré comme tel, mais aussi être vécu comme une intrusion en fonction du vécu et du passé de la personne à qui il est adressé. Et malheureusement pour ces hommes comme pour nous, nombreux sont ceux qui finissent par choisir de faire un pas en arrière et de se retirer du jeu.

Affaire à suivre.

@Indécence_et_déraison

back to top