AdopteUnMec.com

Un amour, des jeunesses

Est-il vrai que l’amour ne prend pas une ride ? Les sentiments n’ont, en effet, pas cette notion du temps, ils naissent sans prévenir. Ils n’ont pas de fin écrite à l’avance. Quand on s’aime, on sème. Nos sentiments ont un physique émotionnel, des molécules de passion dont les traits de caractère ne vieillissent pas, quelle que soit leur durée d’existence. Il y a un amour, il y a des amours et des jeunesses différentes.

Nos amours de jeunesse  

Nous l’avons connu. Il s'est inscrit un jour dans notre cœur, comme une signature indélébile.  Cet amour, euphorisant et transcendant d’énergie, nous transmet les premiers codes. Ces mêmes codes déterminent l’amoureux ou l’amoureuse que nous sommes. C’est un phénomène mémorable, qui provoque des sensations innocentes et enfantines, une sécurité affective, une sorte de cocon discret et irrémédiablement douillet où nous voyageons naïvement à deux, vers un pays imaginaire où nos cœurs n’ont pas envie de vieillir.

Notre amour de jeunesse nous habite éternellement.  Ce « premier amour » a tatoué nos corps par des instants remarquables où nos cœurs étaient témoins de nos folies curieuses : nos premiers gestes d’affection hasardeux, nos premiers baisers timides, nos premiers câlins complices, nos mains dans les mains à la sortie des cours. L’amour de jeunesse est un concentré de vitamines. C’est notre signature émotionnelle parce qu’il est cette époque où nous étions des conquérants romantiques sans expérience, où tout l’amour devait s’apprendre.

L’amour comme seconde jeunesse  

Il y a des existences marquées, des destins amoureux turbulents. L’échec ou la rupture font des cicatrices imposantes qui, dans l’affection et la construction de soi, infligent des conséquences incontournables. Le destin a ainsi conçu, dans la tourmente des cœurs, des amours d’une puissance si intense, qu’ils sont capables de libérer des émotions d’une  génération affective nouvelle, telle qu’elle est en mesure de traiter les maux, de soigner les doutes avec des vaccins de douceur, un véritable libérateur de tendresse. Cet amour-là nous offre une seconde jeunesse.

Quand les âmes dérivent, l’amour peut offrir cette seconde jeunesse comme une jonction  cosmique entre deux cœurs. L’amour est alors un accouchement prématuré de sentiments qui  ont la force de nous faire croire à nouveau en un « nous deux » d’une renaissance sincère,  majestueuse, insaisissable et furieusement heureuse.

Histoire éternelle, qu’on ne croit jamais  

Il y a des complicités éternelles, des sentiments tout terrains, qui traversent les épreuves du  temps, au-delà de nos rides au bord des yeux. La jeunesse de l’amour est une batterie  rechargeable. Elle est capable de trouver des ressources quotidiennes pour renouveler nos visas de tendresse, d’écoute et de sincérité envers l’être aimé.

La jeunesse de cet amour réside  inconditionnellement dans sa résistance, une carapace forgée dans notre confiance mutuelle, notre introspection et notre envie de se réparer.  Si nous nous aimons tant, c’est que nous avons accepté que sur le tracé de nos sentiments, les changements de direction peuvent survenir.

Des sentiments jeunes et jolis  

Les amours sont des récits de vie où il n’y aura jamais de différence d’âge, de culture, ou de  milieu. Il y a juste une poésie de sentiments et des rimes entre nos corps qui s’apprivoisent, comme une musique libre de droits.

L’amour nous plonge dans notre océan intérieur. Nos sentiments tenteront toujours de créer par leur jeunesse, des connexions entre nos cœurs. C’est là toute la magie de la science amoureuse, d’être capable de ne rien perdre, de créer tout le temps et de se transformer, pour des siècles et des siècles de bonheur.

@motpourmotofficiel

back to top