AdopteUnMec.com

Sexe-plorer à deux

Avant de vivre le grand frisson dans un couple, il y a nos corps, nos intimités et cette grande  expédition au cœur de nos sphères privées. C’est un itinéraire parsemé de romance. L’intimité  commence par un éveil délicat des sens, ponctué de conversations, de petites anecdotes subtiles, animées par nos complicités naturelles. Se désirer est une aération de nos émotions, pour apprendre à se respirer à deux. Se livrer sexuellement est une exploration

Un voyage sex-traordinaire 

L’expédition amoureuse est une montée graduelle, où l’on équipe son attention et son cœur, de  plusieurs émotions. Le long de cette route, il faut faire preuve d’une romance athlétique et laisser sa  personnalité faire les efforts spontanément. L’attirance physique n’est d’abord pas physique. Elle s’installe spirituellement, dans chaque battement de cœur, lorsqu’il est stimulé. Par où commence l’attirance entre deux personnes ?

Le regard est le premier ravitaillement dans l’ascension du désir, un vivier d’expressions et de  sincérité pour témoigner les premières vibrations du corps. On se touche d’abord avec les yeux. Notre sens du contact est comme une avant-première, un premier frôlement de main, une bise tendrement échangée, un regard fuyant et timide, où le temps insiste sur ce geste amical, autant d’indices sur l’espace charnel de l’autre. L’attirance est une route où le sexe est une destination, rêvée mais non précipitée.

Quand le magnétisme se crée, les peaux s’effleurent. La séduction est un refuge dans ces journées où l’on est heureux de se voir malgré les contraintes du quotidien. La sphère intime se réduit, les distances s’amenuisent, les réflexes deviennent synchrones sur cette promenade de séduction. La  voix et le rire de l’autre deviennent des sécurités, rassurantes et vitales. Malcolm De Chazal écrivait  : « le rire est le grelot du sexe. »

Vers le désir, et au-delà

Du désir au plaisir, il y a des milliers de façons de se découvrir et de s’apprendre en avançant à  deux. L’expédition amoureuse est un panel de démonstrations, variables, touchantes et intenses. Le désir est du matin, de l’après-midi ou du soir, intemporel et plein de surprises. Il a son côté joueur. Il fait vibrer les corps, caresse notre timidité puis réchauffe la peau, au contact de la peau de l’autre. Jusqu’à dessiner l’autre comme un point de chute confortable, nos désirs sont des massages de l’esprit, un jardin secret, de simples « je n’ai pas envie de rentrer et de te laisser ».

Au-delà, l’intimité se traduit alors en petits moments culinaires partagés, en instants d’ivresse  ponctués de petits jeux d’actions et de vérités, des câlins de plus en plus entiers, des regards de plus  en plus plongeants. Entre quatre murs, les yeux n’ont alors qu’une intention : laisser les désirs  communs s’exprimer pour de bon. Rose Troche disait : « le sexe, ça se passe dans les chambres, ça  se décide dans les couloirs ».

Intime en team 

La nuit a ce pouvoir secret mais spectaculaire de fabriquer des parenthèses de temps où nos envies se libèrent, où nos corps traduisent les désirs en plaisirs. L’expédition prend une tournure intime. Les sentiments surgissent des sentiers pour nous enlever nos vêtements et nos complexes, puis nous emmènent.

Dans notre chair, on y découvre le goût de l’autre. L’amour et le sexe sont des outils de  communication. Chaque intimité est un voyage sensationnel où l’on « sexe-plore » graduellement puis pleinement, dans toutes les positions de nos émotions. L’intimité est un corps-à-corps érotique,  mais enfantin et novice, où l’amour fait tomber nos défenses. Steve Martin écrivait : « le sexe n’est  pas une réponse. Le sexe est une question. Et la réponse est oui ».

@motpourmotofficiel

back to top