AdopteUnMec.com

Quand Toi et Moi deviennent un Nous

Il existe plusieurs typologies de couples. 

Ceux qui partagent tout, ceux qui ne partagent rien, et ceux dont la jauge varie au gré des humeurs et des saisons. Parfois, les choses se font d’elles-mêmes, pour le plus grand bonheur des partenaires, mais souvent… Souvent, une petite mise au point est nécessaire.

Quand on ne connaît pas encore très bien l’autre, qu’on se découvre et qu’on s’explore, certaines curiosités peuvent être perçues comme mal placées, et notre entrain peut alors s’avérer être un pas de trop dans l’intimité de l’autre. D’ailleurs, dans cette intimité, y a-t-il une règle, un précepte qui permette d’y entrer ? Eh non ! Auquel cas ce serait trop facile.

Je crois pouvoir affirmer à ce sujet que la patience et l’écoute sont de mise. Quand l’autre nous (entr)ouvre les portes de son jardin secret, inutile de chausser ses bottes de sept lieux et d’y entrer en conquérant, au risque de nous y voir refoulé ou pire, de le lui saccager.

L’intimité appelle à la douceur, non à la force. Et chaque morceau offert se reçoit comme une offrande, un précieux cadeau, même si celui-ci ne comble pas entièrement nos attentes. Pour le petit aparté, je crois important de rappeler que nos attentes nous sont personnelles, et que l’enjeu de leur satisfaction ne devrait jamais être imputé à l’autre. Mais bien sûr, c’est bien plus facile à écrire qu’à mettre en pratique.

Personnellement en amour comme dans le reste, pour essayer de bien faire, j’ai tendance à regarder et à prendre exemple sur mon environnement. Mais tous les couples sont si différents les uns des autres, qu’essayer de les imiter peut revenir à se perdre en voulant coller à une image, un fonctionnement qui ne serait pas le Nôtre. Je dis le « Nôtre », parce que c’est un peu ça finalement un couple : la création d’une entité distincte où chacun met une part de soi.

La fameuse équation 1 + 1 = 3. Toi + Moi qui donnent « Nous ».

Évidemment, à Toi + Moi peuvent s’ajouter autant d’autres personnes souhaitées, le résultat sera toujours le même : Nous.

Mais revenons à nos moutons. Une part de soi, d’accord, mais laquelle ?

Eh bien là, est la meilleure des réponses : Celle que l’on veut.

La part de soi que l’on souhaite partager, celle que l’on aime, celle dont on a envie ou besoin de déposer. Cette part n’est pas fixe, elle est mouvante, changeante, tout comme nous le sommes nous-mêmes.

La seule condition pour que cela fonctionne, est que cette part que l’on dépose dans le « Nous », soit équilibrée avec celle déposée par l’autre.

L’équilibre parfait n’existant pas, il y aura régulièrement un petit déficit d’un côté, impliquant une compensation de l’autre. Parce qu’on peut visualiser le couple comme étant une équipe, si l’un est un peu en rade ou a le moral en berne, l’autre est là pour le soutenir, en donnant un peu plus de lui-même, sans pour autant compter.

L’équilibre se crée alors de lui-même, dans le simple fait que ce soutien mutuel s’opère à différents moments pour l’un autant que pour l’autre.

Et peut-être alors que c’est à ce moment-là que se crée la vraie intimité. Quand on se sent libre de partager avec l’autre les bons comme les moins bons moments, ceux qui nous sont communs autant que ceux qui nous sont personnels. Et que tout cela se fait de façon fluide et naturelle.

@indecence_et_deraison

back to top