AdopteUnMec.com

Peut-on avoir plusieurs amours dans sa vie ?

Pourquoi l’idée d’avoir un seul grand amour est-elle si ancrée comme modèle de schéma social ? L’importance de l’amour, en France, particulièrement, n’est pas sans hasard, car elle fait grandement écho à ce désir – très français- de donner de la valeur aux choses (la valeur est salvatrice car elle élève — principalement depuis l'époque des Lumières).

Être fidèle et dévoué à une seule personne pour le restant de ses jours, c’est être vertueux là où la petite luxure séduit les plus faibles, néfastes pour le Beau et incapables de ressentir la puissance existentielle que procure le grand amour. 

Il s’avère néanmoins, et voilà tout notre drame (chance ?), que notre héritage vertueux se voit aujourd’hui complètement bouleversé par l’évolution de la pensée qui n’est plus réduite à l’étroite pensée élitiste.

Pourquoi UN grand amour ?

La question du conditionnement est très présente dans la notion de grand amour. De façon assez évidente, l’enfance y est pour quelque chose. On nous baigne à l’eau de rose, on nous montre ce qu’est le bonheur, surtout comme cela et pas autrement, telle une gentille princesse qui attend son unique preux, grand et incroyable prince charmant qui nous aimera jusqu’à la fin des temps.

Or, lorsque nous sommes enfant, alors que notre cerveau n’est pas encore tout à fait développé, mais qu’il s’apprête toutefois à emmagasiner beaucoup d’informations pour se former et de fait, penser d’une certaine manière, Disney règne en roi collé contre Morphée sous nos draps. L’idée du grand amour serait donc un fantasme qu’ingère directement notre cerveau développant, de fait, « notre » désir (erroné) de le trouver à tout prix. In fine, on nous fait croire que notre désir d’aimer un seul être pour la vie est notre désir, tandis que nous désirons en réalité le désir des autres. (Vous suivez ?)

Enfin, si seulement les contes pour enfant étaient la seule raison pour laquelle nous sommes désireux d’aimer un seul être pour toujours…!

Dans le Moulin Rouge, Toussaint dit que « La plus belle chose qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour. » et il est vrai que, chimiquement, la sensation amoureuse offre à notre condition humaine insignifiante un sentiment d’euphorie exacerbé, hors de la réalité, hors même du temps, nous rendant irrémédiablement intouchable, absolu et éternel. Sorte d’orgasme existentiel nous faisant nous sentir au dessus du soleil. Voilà pourquoi l’on voudrait qu’il dure toujours, comme une drogue dure. Plusieurs études auraient d’ailleurs démontré que tomber amoureux revenait à recevoir les effets de la cocaïne directement sur le cerveau.

Ainsi, l’idée du grand amour serait donc un joli cocktail mêlant conditionnement et plaisir de l’euphorie amoureuse.

So, fantasme ou réalité ?

L’amour n’ayant pas de règle, ne vivre qu’un seul grand amour est tout à fait possible. Le véritable grand amour qui nous habite éternellement existe. Pourquoi ? Toutes les interprétations sont plausibles : coup de foudre entre deux âmes jumelles, vies antérieures retrouvées, etc.

On peut aimer inconditionnellement quelqu’un avec qui nous allons, au cours de notre vie nous séparer pour finalement le retrouver à la J-LO quelques temps après, tout comme il est possible de ne jamais s’en séparer, etc.

Et comme l’amour n’a pas de règle et que l’essence de la vie reste mystérieuse en dehors de sa matière physique, l’être humain peut également vivre plusieurs grandes histoires d’amour, l’éloignant tout à fait de l’idéal conditionné.

 Car qu’est-ce que la vie, si ce n’est plusieurs petites vies vécues en une ?

@ladelicatessedesmots

back to top