AdopteUnMec.com

AdopteUnMec.com

Mythes et Légendes de la rencontre amoureuse

Peut-être que lorsque vous étiez plus jeune, vous étiez comme moi, sensible aux histoires que pouvaient nous conter les plus grands sur leurs rencontres amoureuses.

Pour ma part, je me souviens que je ne me lassais jamais d’écouter ma mère me raconter le jour où son regard a croisé celui de mon père. Oui, parce que voyez-vous, ils ne se sont pas rencontrés en soirée, ni à la sortie du débitant de tabac, ni n’ont encore même sympathisé dans l’interminable file d’attente de la poste du coin de la rue d’en bas ; non. Leurs regards se sont croisés alors que mon père jouait au volley sur la plage avec ses amis et que ma mère se baladait sur l’esplanade. Jusque là, la vie suivait paisiblement son cours et l’instant d’après, elle en était bouleversée à jamais.

Cette œillade fatale, on appelle ça plus communément le coup de foudre. Un regard et pouf, un mariage douze ans plus tard, suivi d’une maison et deux enfants dans la foulée.

En grandissant, j’ai entendu toute autre sorte d’histoires plus ou moins romantiques sur des débuts de relations, mais un élément avait une fâcheuse tendance à revenir dans la narration. Le fameux « Et alors là ; j’ai su ». J’ai su que c’était lui, j’ai su que c’était elle. Quand la plupart s’extasiaient sous cette annonce, sur moi, ça avait plutôt l’effet inverse. Elle qui ? Lui quoi ? Quelqu’un voulait-il bien m’expliquer ?

Comme si notre vie entière nous avait préparés à ce moment, à cette rencontre qui allait miraculeusement donner un sens à toutes les autres et nous sauver du désespoir par la même occasion.

Et même si sur le papier je trouvais ça bien joli, en réalité, moi, cette fameuse certitude sortie de nulle part me mettait sacrément la pression. Parce que du coup, cela signifiait que toute notre vie sentimentale se joue sur un laps de temps de quelques secondes, où un simple clignement d’œil inopportun suffirait à nous faire passer à côté de notre belle et grande histoire d’amour.

Par ailleurs, en grands optimistes romantiques que nous sommes, combien de fois ne nous sommes-nous pas jetés corps et âme dans une relation, persuadés que cette fois-ci, c’était pour de bon, et avons fini par reconnaître quelques semaines plus tard que de toute évidence, notre côté dépensier et sa radinerie ne feront décidément pas bon ménage ?

Et que se passe-t-il si après quelques heures, quelques jours, quelques nuits et même quelques mois, on ne sait toujours pas ? Si l’on apprécie la compagnie de l’autre et que des sentiments se profilent à l’horizon, mais que les grandes sérénades et les ribambelles de mots d’amour se font gentiment attendre ? Est-ce que la relation devrait-elle être mise au placard sous prétexte de n’avoir pas été touchée par la grâce de l’ultime certitude ?

Ce que l’on ne nous raconte pas, c’est que bon nombre des coups de foudre se terminent malheureusement en eau de boudin, preuve à l’appui, mes parents les premiers. Et que fort heureusement, comme dirait Jackie Quartz « la mort d’un amour donne la vie à un autre ».

Alors quand on y pense, pourquoi se mettre la pression, idéaliser et rechercher à tout prix cette intuition qui, bien que réelle à l’instant T, n’est pas pour autant une vérité absolue et définitive ?

En réalité, les rencontres sont telles que nos cœurs s’emballent et que notre vision en est alors légèrement modifiée. On voit l’autre sous son meilleur jour et c’est bien normal, car après tout, c’est également ainsi que l’on se montre. Alors oui, le monde est beau, la vie est belle, on se découvre une multitude de points et de rêves en communs, tant et si bien qu’une pensée nous démange : notre nouveau crush pourrait bien être le dernier.

Et si ce petit vent d’euphorie ne dure pas, ou a tendance à s’amoindrir avec le temps, il reste tout de même nécessaire aux prémices des premiers sentiments ; alors, profitons-en !

Par @Indécence_et_déraison

back to top