AdopteUnMec.com

Mon “plan cul” est devenu mon amoureux - Part. II

5- Remettre le couvert

On se revoit en novembre (cf. partie I). Il fait gris et mes semaines sont trouées d’insomnies. Dans la vie, le timing compte et donne le rythme et / ou l’accord des relations. Le nôtre n’est pas parfait : je suis de nouveau chamboulée dans ma vie par divers dramas, lui n’en dit pas beaucoup plus qu’avant sur la sienne. On retrouve la relation au stade où on l’avait laissée : on est suffisamment complices pour blaguer, passer une bonne soirée autour d’un dîner de qualité. Mes cheveux ont poussé et blondi, il a l’air de trouver ça joli, en tout cas il me le dit. Je lui plais toujours. Et il ne me déplaît pas… J’ouvre de nouveau mon lit et nos corps se câlinent en retrouvant de timides habitudes.

 

6- Se rendre compte que les choses évoluent

On se voit de plus en plus souvent : un soir, puis deux de suite, puis un samedi après-midi, un brunch qui traîne le dimanche... Je me permets même un masque à l’argile dans mon canapé, affalée en pyjama entre ses genoux. “Couple ?”, commence t-on à sous-entendre autour de moi. Je ris. “On en est loiiiiiiiiiiiin”. Mais à force de petits smileys explicites (des coeurs quoi), d’appels, de prises de nouvelles “ton entretien, au fait ?”, de compliments, de caresses dans mes cheveux, de regards pétillants… Je le vois changer. C’est subtil, rien de flagrant… mais il ne serait QUAND MÊME PAS EN TRAIN D’AVOIR DES SENTIMENTS POUR MOI, BORDEL ?!

 

7- Le lapsus

Un samedi soir comme les autres. Nous sommes prêts à déguster des sushis, il attrape un livre dans ma bibliothèque et en lit tout haut le titre : “Je T’aime”, tu l’as lu ?”. Je souris, et à l'intérieur encore plus. Le livre s’appelle Je L’aime ( de Loulou Robert). Une lettre change, et tout est avoué. Quand je lui fais remarquer son craquant lapsus, il ne nie pas, rougit un peu mais assume tendrement. Il est… amoureux. Mais je ne suis pas prête à l’entendre trop fort, il le sait.

 

8- Le couple

Depuis ce jour de janvier, nous avons visité le Portugal et l’Italie, nous sommes disputés, et faisons des projets. Ce qui change ? Il m’appelle “ma chérie”, remplit le frigo quand il vient et a laissé une brosse à dents chez moi, preuve que les nuits ne sont plus sans lendemain. Il me glisse souvent de discrets je t’aime à l’oreille et je peux non seulement l’entendre en souriant et parfois lui susurrer moi aussi.

 

“Morale du film”

Je ne partage pas cette histoire - qui n'a rien d’un conte de fées - pour prouver que ça arrive ou pour faire rêver dans les tanières célibataires mais plutôt pour faire taire les clichés et les attentes trop dessinées dans nos têtes. Notre société n’a jamais autant décloisonné l’amour en lui trouvant de nouvelles formes et de nouveaux moyens d’expression. Il dure parfois 3 ans, parfois 30, quelquefois juste 3h, le temps d’un date où on y croit. Et parfois on n’y croit pas : rien dans la vie, le timing, le ventre, la tête ou le coeur ne pourrait nous mettre sur la voie mais… il est bien là, à côté de vous sur l’oreiller.

PS : À toi qui guette mes articles et mes dédicaces souvent dédiés à un autre. Celui-là, il est pour toi, Spy.

 

Anne Guitteny

back to top