AdopteUnMec.com

AdopteUnMec.com

Métaphore de l’amour écosystème

Et si l’allégorie de l’amour était animale, saisonnière ? L’Homme n’aurait qu’à les suivre en vivant complice de la lumière du soleil et à se mouvoir au gré du temps.

Narration des saisons de l’amour

L’hiver les animaux hibernent, se pavanent dans leur caverne. Se dotent de fourrure pour subvenir au froid et errent à moitié endormis dans les prairies.

Au printemps, les oiseaux chantent la saison des amours. Le concerto se fredonne par-delà les bosquets pharamineux. Les champs rient gaiement et la faune s’amuse du crépuscule placide.

À présent, le ciel se drape d’étés orageux qui tempèrent la fièvre de nos corps chauds. Les âmes itinérantes se réfugient au creux des draps et se prélassent de sentiments radieux. Les plages sont animées de sable fin qui vous ruisselle sur les chevilles ; la fournaise n’est que légère.

À l’automne les feuilles rougissent sous un charme éclatant et défilent sur le parvis. Se momifient en attente du renouveau. De leur côté les épineux sont railleurs et exhibent leurs belles branches. À chacun sa saison après tout.

À quoi s’adonne le cœur de l’Homme ?   

Il se balade pieds nus, chatouillé par l’herbe fine d’une terre fraichement hydratée. Il contemple le paysage levant sous une légère bruine et câline la beauté qui lui est offerte. Il ne remerciera jamais assez la vie d’être si généreuse.

Cette jolie balade peut parfois s’épuiser sous d’émouvants sols pleureurs. En chagrin d’amour, rappelez-vous que l’aube revient toujours. Elle vous fournira la lumière de nouveaux jours et bercera votre peau d’une chaleur réconfortante. La Lune prendra le relais la nuit, et vous bercera d’étoiles afin de contourner le chemin de vos épouvantes.

 La balade de la faune 

Parfois immergée dans l’océan, la baleine ne croise aucun mortel. Rongée par la solitude, elle navigue jusqu’à la prochaine âme qui vive. Le chemin peut être long, lent, il exhibe perpétuellement un avènement ravissant.

Après la tempête, le calme s’affère. Vous êtes niché à la cime et prenez du repos. La saison des amours revient, éternelle. L’oiseau couve ses œufs d’une étreinte sans faille. Il fera naitre des petites émotions qui deviendront grandes une fois élancées.

Dans les taillis, la biche se promène. Attend aux aguets, scrutant le moindre danger. Agile, elle se faufile et gambade ambitionnant son futur banquet. Elle prend ses précautions car le trappeur est plutôt farouche. Alors, elle décèle les pièges d’un amour égoïste et se contente de sa propre adoration.  Jusqu’à l’arrivée du cerf qui lui offrira des petits qu’elle élèvera, solitaire.

Le crabe de son côté, se dérobe à la marée. Il remonte la plage argileuse afin de se dégoter un jolie chère pour s’imbiber d’attendrissements. Une fois apaisé, il s’en retournera pour ne pas s’échouer au sein de cet amour mordant.

Sur le littoral voisin, l’aigle manifeste une perspicacité excellente grâce à ses optiques finement performantes. En l’espace d’un instant, le prodige de l’apesanteur pique vers sa proie, celle-ci n’aura, à son infortune, aucune issue. Il lui vouera toutefois un amour foudroyant, le temps d’un instant.

L’amour végétal

La flore révèle également de jolies surprises, les fleurettes évoquent un romanesque rayonnant. Ces jolies fleurs élèvent en leurs seins une peinture élégante et nourrissent le peu d’insectes encore restants.

Par @Phrasesamore 

back to top