AdopteUnMec.com

AdopteUnMec.com

Les romans de l’été à ne pas manquer !

Personnellement (et certainement à l’inverse de beaucoup de gens) quand je vivais à Paris, j’adorais prendre le métro. Non pas pour l’odeur d’urine aux quatre coins des couloirs, et non plus parce que je me serais découverte sur le tard, une passion pour les collés-très-serrés avec de parfaits inconnus aux heures de pointe. Non. Moi, ce que j’aimais avec le métro, c’était que ce laps de temps me permettait de dévorer des livres. Et, à force de traversées souterraines en long en large et en travers, des livres, autant dire que j’en ai bouffé. Le pire, c’est qu’aujourd’hui, dans ma campagne où la voiture est indispensable, et où je peine à trouver 20 minutes pour ouvrir un bouquin, ça me manquerait presque. L’odeur des aisselles en moins. 

Alors, pour pallier à cette pile à lire qui n’en finit pas de gagner du terrain, je mise tout sur mon été. Parce qu’entre deux rendez-vous et autres réjouissances, je compte bien sortir la serviette de plage, le transat et pourquoi pas même le hamac, enfiler les lunettes de soleil et m’étendre, doigts de pieds en éventail, avec un seul objectif : lire

Le problème, c’est que l’été est aussi une période de sortie littéraire… Et quand on voit ce qui s’apprête à sortir, on se dit que notre PAL risque d’attendre encore un peu avant de dégrossir…

Plus grand que le ciel — Virginie Grimaldi

Il serait difficile de ne pas faire figurer dans cette liste des romans à lire cet été, le dernier en date de Virginie Grimaldi. Que dire, à part que si vous avez aimé les précédents, vous ne pourrez qu’adorer celui-ci. 

Elsa et Vincent se croisent chaque mercredi dans la salle d’attente de leur psychiatre. Elle est écorchée et mordante. Il est rêveur et intranquille. Elle est conseillère funéraire. Il est romancier. Elle vient de perdre son père. Il cache sa plus grande blessure. Elle est en retard. Il est en avance. Ils ont pourtant rendez-vous. Entre deux éclats de rire, Virginie Grimaldi capte ces instants fragiles où l’empreinte des souvenirs se mêle aux promesses d’une rencontre.

Un animal sauvage — Joël Dicker

Entre polar et thriller psychologique, ce livre nous tient en alerte, sur 400 pages. Une belle prouesse de l’auteur, qui parvient à nous emmener dans une histoire haletante, pour ne pas dire totalement addictive

Braquage à Genève

2 juillet 2022, deux malfaiteurs sont sur le point de dévaliser une grande bijouterie de Genève. Mais ce braquage est loin d’être un banal fait divers... Vingt jours plus tôt, dans une banlieue cossue des rives du lac Léman, Sophie Braun s’apprête à fêter ses quarante ans. La vie lui sourit. Elle habite avec sa famille dans une magnifique villa bordée par la forêt. Mais son monde idyllique commence à vaciller. Son mari est empêtré dans ses petits arrangements. Son voisin, un policier pourtant réputé irréprochable, est fasciné par elle jusqu’à l’obsession et l’épie dans sa vie la plus intime. Et un mystérieux rôdeur lui offre, le jour de son anniversaire, un cadeau qui va la bouleverser. Il faudra de nombreux allers-retours dans le passé, loin de Genève, pour remonter à l’origine de cette intrigue diabolique dont personne ne sortira indemne. Pas même le lecteur.

Holly — Stephen King

Qui a dit que les lectures sous le soleil devaient se cantonner aux romans feel-good et autres romances ? Que nenni ! On compte bien sur le petit dernier de Stephen King pour nous apporter quelques frissons lors des chaudes nuits de juillet ! 

Êtes-vous prêt à franchir la porte du 93 Ridge Road ?

Dans une jolie maison victorienne d’une petite ville du Midwest, Emily et Rodney Harris, anciens professeurs d’université, mènent une vie de retraités actifs. Malgré leur grand âge, les années semblent n’avoir pas avoir de prise sur eux. À quelques pas de leur demeure, on a retrouvé le vélo de Bonnie Dahl, récemment disparue. Elle n’est pas la première à se volatiliser dans ce périmètre. Chose étrange : à chaque fois, il s’agit de jeunes gens. Quels secrets inavouables cachent les murs tapissés de livres des époux Harris ? Sur l’insistance de la mère de Bonnie, Holly Gibney accepte de reprendre du service. Elle est loin d’imaginer ce qui l’attend : une plongée dans la folie humaine, là où l’épouvante n’a pas de limite.

Les femmes du bout du monde — Mélissa Da Costa

Ce n’est pas une nouveauté, mais un nouveau format, avec la sortie en poche du roman de Mélissa Da Costa, qui a déjà séduit grand nombre de lecteurs et lectrices. 

À la pointe sud de la Nouvelle-Zélande, dans la région isolée des Catlins, au cœur d’une nature sauvage, vivent Autumn et sa fille Milly. Sur ce dernier bastion de terre avant l’océan Austral et le pôle Sud, elles gèrent le camping Mutunga o te ao, « le bout du monde » en maori. Autumn et Milly forment un duo inséparable, jusqu’au jour où débarque Flore, une jeune Parisienne en quête de rédemption... Hantées par le passé, mais bercées par les vents et les légendes maories, ces trois femmes apprendront à se connaître, se pardonner et s’aimer.

Tout ce que je voulais, c’était courir — Anaïs Quemener

On termine cette liste avec un récit ô combien inspirant, empli d’espoir et de combativité. De quoi nous redonner force et motivation pour aller à notre tour au-devant de nos rêves ! 

Lorsqu’on lui diagnostique un cancer du sein à l’âge de 24 ans, Anaïs Quemener accuse le coup, mais s’obstine : malgré les lourds traitements qu’elle doit subir, elle veut continuer de courir. Pour elle, le sport est une histoire de famille, une passion dévorante et partagée avec son père, qui l’a toujours soutenue et entraînée. Alors, pour combattre la maladie, elle fait de la course à pied sa thérapie. Son arme pour survivre. À tel point qu’à peine sortie d’affaire la Francilienne remporte en 2016 les championnats de France de marathon. Un sacre en guise de revanche sur la vie. Aide-soignante la nuit et athlète de haut niveau le jour, Anaïs Quemener ne cesse depuis d’accumuler les trophées et les records. Elle compte aujourd’hui parmi les meilleures marathoniennes au monde. Avec le naturel et l’incroyable énergie qui la caractérisent, elle raconte ce parcours hors du commun dont la force nous ébranle. Un destin singulier qui l’a conduite à croire encore plus fort à ses rêves et à chasser le temps, la moindre précieuse seconde, sur le bitume comme dans toutes les dimensions de son existence.

En vous souhaitant à tous, avec un peu d’avance, un très bel été et de belles lectures ! 

Britany Lefebvre - @Indécence_et_Déraison 

je m'inscris
back to top