AdopteUnMec.com

Les gens qui regardent les films érotiques

Quel est leur projet #2

Les gens qui regardent les films érotiques.

Les films érotiques demeurent un vrai mystère pour moi. Je ne vois pas, dans le contexte actuel, qui ils peuvent concerner.

On est à l’heure où il y a plus de site de cul en streaming sur internet que d’habitants en île de France. Je rappelle que 10 % des sites sur internet sont des sites pornos, et que le porno sur internet, c’est 500 millions de visiteurs uniques, soit 17% de l’affluence mondiale.

Je vais vous expliquer dans quel monde on vit :

On vit ans un monde où tu peux être hyper précis sur le type de vidéo porno que tu veux mater selon les humeurs de ta libido. Tu peux facilement passer de « Blonde+milf+big+boobs+... » à « midget orgy in a swimming-pool». Tu peux passer d’un porno asiatique à une orgie brésilienne. Tu peux passer de Katrina Jade à Layla London en passant par Abella Danger. Et surtout, tu peux faire tout ça anonymement et gratuitement. Voilà notre monde, ok ? Il n’y a aucune place dans ce monde là pour quelqu’un qui se dirait  « J’ai bien envie de mater une petite vidéo coquine, mais je ne veux pas trop en voir » et une fois le film fini, s’en irait en sifflotant comme s’il était repu.

Bordel, mais qui va au cinéma pour voir le générique ? QUI ?

Dans le privé, l’érotisme, c’est genre le before des préliminaires. C’est les caresses, les baisers dans le coup, la main dans les cheveux… Mais la finalité, c’est quand même bien de casser les lattes du sommier de ton lit ! (Ou de fragiliser la structure de la desserte, selon où tu pratiques)

Si ça s’arrête là, on est bien d’accord le degré de frustration atteint est supérieur à celui suscité par le dernier épisode de ta série préférée.

Et c’est foncièrement ça mon problème, je trouve que les films érotiques sont juste frustrants.

C’est l’entrée sans le reste du menu...

A la limite, utiliser l’érotisme comme entrée en matière, comme incipit, pourquoi pas ? Mais s’arrêter là, juste se chauffer et basta ? Ca ne se fait pas. C’est moche. Pire, c’est de la torture.

Quelle est la seule bonne utilité d’un film érotique ? Être suivi par un bon film porno. Point fucking barre.

Alors, oui, je sais ce que certains vont me rétorquer : « Oui, mais tu sais, l’érotisme, c’est « laisser deviner » plutôt qu’ « exhiber »… C’est plus fin, plus poétique… »

Ha ouais ?

Je vais vous dire : Quand l’irrigation de mon sang a multiplié par quatre ce qui git dans mon caleçon et que, par conséquent, je suis chaud comme une baraque à frites et dans les starting-blocks comme Usain Bolt avant une finale du 100 mètres, il n’y a aucune poésie dans ce que je m’apprête à faire. Aucune. La poésie, c’était l’étape d’avant.

Baudelaire s’arrête là où Rocco Siffredi commence. Ok ?

Pour moi, les gens qui regardent les films érotiques sont les mêmes qui vont faire du lèche-vitrine, qui vont en boîte à 23h parce que c’est gratuit à cette heure-là mais qui n’ont pas de quoi se payer à boire une fois à l’intérieur, qui se paient des shows privés avec des stripteaseurs (c'est-à-dire, des gens qui te mettent dans un tel état d’excitation inassouvi que tu frôles l’évanouissement), bref des addicts à la frustration. Et je vais aller plus loin, je suis certain que derrière chaque enfoiré qui te spoil ton épisode de Game of Throne, il y a un consommateur de films érotiques.

Qu’on se le dise : L’érotisme ne se suffit pas à lui-même. C’est un des ingrédients d’une recette.

Halte à l’érotisme pur, halte au véganisme du cul (oui, oui, j’assume.)

Tony Bourguit

back to top