AdopteUnMec.com

AdopteUnMec.com

Le mystère des rencontres amoureuses

On dit souvent que les rencontres ne se font jamais par hasard.

Par chance, à la limite ; mais n’est-ce pas finalement la même chose ? 

Quand on y pense, c’est assez fou. Qu’est-ce qui fait qu’à un moment précis et parmi des milliards d’individus sur Terre, notre dévolu se jette sur cette personne en particulier, et réciproquement. Quelle chance sur ce même milliard y avait-il pour que ça se produise ? Inutile de faire le calcul, il vous ferait tourner la tête.

Pire encore, pourquoi après cet alignement parfait des planètes, on se retrouve quelque temps après, comme des étrangers partageant le même lit au lendemain d’une cuite carabinée ? On ne sait plus ce que l’on fait là ni ce qui nous y a amenés.

Plus étrange encore, peut-être que comme moi, vous vous serez vous aussi déjà surpris à éprouver soudainement un intérêt, une attirance folle pour quelqu’un qui était dans votre entourage depuis des lustres et envers qui pourtant, vous n’aviez jusqu’à présent jamais accordé la moindre attention. Un peu comme ce vieux jean qui prend la poussière dans notre penderie et que l’on redécouvre trois ans sous prétexte qu’il nous fait un cul d’enfer.

Question : Est-ce le jean qui a changé, ou nous ? Ou notre perception peut-être ?

Si vous pensez que c’est le bordel, eh bien oui, vous avez raison.

En psychanalyse, il y a une théorie qui avance qu’une rencontre amoureuse est avant tout la rencontre de deux inconscients. Tout se passerait donc là-haut, derrière le rideau de notre moi conscient.

Il faut dire que cette théorie se justifie facilement et est en fait, plutôt logique. Le fait est que l’on serait attiré par une personne en fonction de ce dont nous avons envie ou besoin à un instant T, mais également selon ce que nous avons expérimenté dans le passé, et ce que nous avons à vivre dans un futur proche.

Ce qui est drôle, c’est qu’en réalité, en matière de rencontre, on se pense maître à bord, alors qu’en fait, nous ne contrôlons pas grand-chose.

Mine de rien, il faut quand même avoir une sacrée confiance en cette partie de nous, immergée et mystérieuse, pour parvenir à se fier aux pulsions qu’elle influe en nous-mêmes. Parce qu’entre ce que l’on pense vouloir, et ce que notre inconscient veut, il y a souvent une sacrée différence.

De mon côté, pour ce qui est des rencontres amoureuses, qu’elles soient d’un soir ou d’une vie, j’aurais tendance à rejoindre Einstein qui considérait que le hasard, c’est Dieu* qui se promène incognito.

*Dieu la vie, l’univers, ou n’importe quel nom que vous voudrez lui accorder.

Britany Lefebvre | @Indécence_et_Déraison

back to top