AdopteUnMec.com

Le ghosting : reprise de notre sondage et analyse de ce phénomène

Le mois dernier nous vous avons questionné, via notre story Instagram, sur le ghosting, sa pratique et ses ravages. Vous avez été plus de 2000 à nous répondre.

À partir de ces chiffres, nous avons décidé de revenir sur ce phénomène.

Le ghosting, qu’est ce que c’est ? 

“Le ghosting (de l'anglais ghost, « fantôme ») est l'acte qui consiste à mettre fin à une relation avec une personne en interrompant sans avertissement ni explication toute communication et en ignorant les tentatives de reprise de contact de l'ancien partenaire.” (cf. Wikipedia)

Le ghosting, avec les réseaux sociaux, les messageries instantanées et les fonctionnalités indiquant les messages lus ou distribués, se répand et terrifie. En effet, 72,4% d’entre vous admettaient, au cours de notre sondage, avoir déjà été ghostés et 79,5% considèrent cette manière de faire comme « Atroce » plutôt que « Pratique ».

Comment se fait-il que le ghosting reste si courant, alors que cette pratique est si déconsidérée socialement ?

68,2% d’entre vous considèrent le ghosting comme acte de « lâcheté » et non comme un « mal contemporain ».

Effectivement, si le ghosting est favorisé par l’instantanéité de nos conversations, il ne date pas d’hier. Le ghosting par lettre existait également, seulement, la panique et le désespoir ne se présentaient pas de façon aussi évidente en comparaison d’aujourd’hui, où un simple « vu » peut nous faire vaciller. Par ailleurs, le ghosting peut aussi être lié à une mutation de nos rapports sociaux dans lesquels les individus sont davantage envisagés comme des moyens que comme des fins en soi.

Le ghosting a donc sa part de lâcheté. L’acte de ghoster semble indiquer que l’on ne se considère pas comme devant rendre des explications à l’autre.

Pourquoi ghoster ?

Pourtant, vous avez tout de même été 58,5% à avouer avoir déjà ghosté. Le ghosting peut-il avoir d’autres racines que l’évitement de la confrontation avec l’autre ?

Parfois, le ghosting peut avoir ses raisons que la raison ne connaît point. Le ghosting pourrait aussi découler de l’instantanéité parfois pressante de nos modes de communication. Il arrive que l’on traverse des situations dans lesquelles nous ne sommes pas disponibles à rendre des comptes ni à exprimer clairement notre ressenti par peur de blesser.

Cependant, si ces raisons sont valables, n’oubliez pas que de l’autre côté, votre interlocuteur ne comprend pas forcément votre décision. Il semblerait que le plus douloureux dans le ressenti du ghosté soit l’incompréhension et le silence bien plus que la rupture. N’hésitez pas alors à signifier pourquoi vous vous éloignez pour ne pas laisser l’autre meurtri inutilement.

Et si vous êtes ghosté, ne vous morfondez pas outre mesure, certaines relations ne sont pas vouées à durer. De plus, le ghosting dévoile l’autre sous un jour assez peu désirable qui peut nous aider à passer plus rapidement à autre chose.

Enfin, n’oublions pas que, comme 64% d’entre vous le pensent, un karma du ghosting existe : « qui ghost sera ghosté » !

Z.G. 

back to top