AdopteUnMec.com

Le courrier du cœur, quatrième édition

Voici la très attendue quatrième édition de notre Courrier du cœur !
Le 19 septembre dernier, Morgane Ortin, fondatrice d'Amours solitaires, vous a demandé de lui confier des questions sur votre vie amoureuse.
Après avoir choisi 3 questions parmi bien d'autres, elle y répond dans cet article.
Vous aussi, interrogez l'oracle de l'amour une fois par mois, prochain rdv le 22 octobre en story sur notre compte Instagram AdopteUnMec.

Est-il possible de tomber amoureux de quelqu’un à qui on parle mais qu’on n’a jamais vu ?

C’est une question que je trouve intéressante car elle met sur le devant de la scène et questionne le pouvoir des mots. La réponse que je vais apporter est tout à fait subjective, car je pense qu’elle ne peut qu’être reliée à nos histoires personnelles. Je répondrai un immense oui. Apprendre à se connaître par les mots est quelque chose de tellement puissant : se raconter, connaître l’histoire de l’autre, se plonger dans son univers, fantasmer. Il y a quelque chose de très fort qui peut se nouer avant même d’avoir rencontré la personne. Pensez par exemple à toutes ces merveilleuses relations épistolaires, dans lesquelles les deux personnes étaient folles amoureuses l’une de l’autre, en ne s’étant vues qu’une fois ou deux. Je pense notamment à Kafka et Milena : ils se sont écrit pendant des années, étaient fous l’un de l’autre, et pourtant ils ne se sont vus que trois fois. Kafka lui écrit d’ailleurs “L’éclat de vos yeux supprime la souffrance du monde”.

Je pense également au film Her. C’est encore un peu différent, car il s’agit d’un amour entre un humain et une intelligence artificielle, mais le personnage principal en tombe amoureux sans avoir besoin d’aucune présence physique. La simple présence de ses mots est suffisante.

Tout cela laisse à méditer... Bien sûr, je pense que pour construire une relation, les mots ne suffisent pas toujours, mais pour tomber amoureux, ils sont le meilleur carburant possible ! Alors n’ayez pas peur de les manier.


Comment sait-on qu’on est engagé dans une histoire toxique ?

Dans le cadre d’une nouvelle campagne contre les violences faites aux femmes, la Mairie de Paris a relancé le violentomètre, une infographie simple qui permet d’évaluer si son partenaire est toxique. 23 questions dont la gravité augmente crescendo, auxquelles répondre pour comprendre sa situation. En fonction de chaque réponse, le violentomètre indique si la relation est saine ou si elle devient toxique. Il peut bien sûr être appliqué pour les deux sexes. Je tiens également à rappeler le numéro national d’écoute en cas de besoin : 3919, qui vous apportera une oreille attentive et vous proposera des solutions si jamais vous vous retrouvez dans ce violentomètre ou êtes confronté à une situation violente dans votre couple.


L’amour doit-il être passionnel pour être vécu ?

Il est très commun de fantasmer sur la passion plutôt que sur un amour calme et qui paraît sans vagues. Il est aussi très commun de penser que l’amour ne puisse pas exister sans passion. Un petit rappel étymologique qui me semble lourd de sens : “passion”, vient du latin “passio” qui signifie “souffrance”, apparenté au grec “pathos”, qui signifie exactement la même chose. Historiquement, le mot a d’ailleurs au départ été utilisé pour désigner la période de souffrances du Christ. La passion correspond à une perte de contrôle rationnel sur nos émotions, nos sensations et nos comportements qui peut entraîner une souffrance chez nous ou chez la personne que l’on aime. L’amour, a contrario, repose sur la stabilité, la connaissance, la bienveillance, et l’équilibre plutôt que sur une relation basée sur la dépendance affective. Frémissez d’amour sans avoir besoin de passion et de destruction, car pour moi, l’histoire d’amour la plus réussie est celle dans laquelle nous sommes heureux et libérés.

Morgane Ortin

back to top