AdopteUnMec.com

Laura Domenge, bonne (et) humoriste ? (Oh si on ne peut plus rigoler…)

J’ai découvert Laura Domenge sur Facebook, dans ce sketch qu’elle a fait au Jamel Comedy Club. Elle y est drôle, sexy et impertinente. Sans ordre d’importance. Elle m’a tout de suite plu avec sa voix et ses idées franches et j’ai eu envie de la rencontrer. De vous la faire rencontrer.

Le plaisir du jeu

Laura est une fille de théâtre, sortie d’une compagnie qui s’appelle Les Sales Gosses, qui lui a mis le pied à l’étrier pour entrer dans deux écoles d’art dramatique.

Quand on lui a dit qu’elle devrait s’essayer au one-woman show, elle a d’abord hésité. Puis l’appel du challenge l’a draguée et a fini par l’emporter. Aujourd’hui, c’est la foule qu’elle drague et qui, je suis sûre, finira emportée.

Le stand-up est donc venu à Laura comme le beurre salé aux normands. Au début, les mecs sont sceptiques, puis à force d’y goûter, ils se rendent à l’évidence. C’est bon et le reste devient fade en comparaison.

D’ailleurs tous les mecs (et les meufs), des royaumes de France et de Navarre doivent s’y faire, Laura Domenge est une fille relevée, qui relève le niveau. Un peu déçue des personnages féminins au théâtre, souvent faire-valoir des masculins, elle avait envie de prendre la parole. Désormais elle fait donc entendre sa (drôle de) voix en solo.

Son spectacle : « Passages »

Titre évocateur pour une meuf qui ne l’est pas, de passage.

Ce show, elle l’a déjà rôdé en province et c’est tout nouveau tout beau qu’il revient dès septembre au théâtre du Lucernaire, version pimpée.

Mix de sketchs et de pure interaction avec le public, « Passages » se marre avec (et parfois sans) délicatesse de la trentenaire. Fille ? Femme ?

Féministe ?

S’il y a bien une chose que les féministes ne sont pas c’est « là pour rigoler ». (Allez, jetez-moi des cailloux pour tous ce cliché.) Mais impossible de ne pas lui poser la question. Ce à quoi elle répond, solide sur ses appuis :

« Si vous voulez. »

« Je parle franchement. En tant que nana, on nous conditionne à être proprette et jolie. Moi j’aime dire les choses. Sans être vulgaire pour autant.

Il faut faire attention, car souvent on associe humour féminin à « girly » et ça m’emmerde. Ou plutôt, ça ne m’intéresse pas. Surtout que la nouvelle génération d’humoristes femmes abordent des problèmes féminins. Culturels, sociaux et identitaires. Au-delà du choix de la couleur de son vernis à ongles et de la hauteur de ses talons. »

Laura Domenge aka Laurent Dommage

3 mots pour te décrire ?

« Bébé ridé, débile cérébrale et… Nana malgré moi. Non attends, je change le dernier : mec qui aime les bas résilles. »

Ce qui te fait le plus marrer chez tes parents ?

« Mon père est très drôle… malgré lui. J’hésite entre son accent niçois lorsqu’il parle anglais et toutes les histoires d’amour qu’il a eu en parallèle de ma mère et qui lui laissent des enfants un peu partout. On passe notre temps à en rire parce que c’est mon père. Mais en soit, c’est un véritable connard. Que j’aime énormément. »

Un truc drôle que t’as piqué à un de tes potes ?

« Mes potes sont beaucoup plus drôles que moi. Ma meilleure amie n’a absolument aucune limite, elle m’a sans doute un peu chauffée pour me lancer en solo. »

As-tu un mec ? Est-il drôle ? Plus drôle que toi ?

« J’ai commencé mon fonds de commerce sur le fait que j’étais célibataire. Désormais je ne le suis plus. Mon mec n’est pas un boute-en-train mais lui et moi, on rit beaucoup ensemble. Je ris pas mal de lui aussi. Tu vois, il a cette capacité à être toujours beau et stylé, alors quand il se casse la gueule ou un truc du genre, je ne loupe pas. Il est plus timide que moi mais ça me repose car j’ai été avec un mec hyper drôle avant et toujours en représentation et c’était la guerre en permanence. Là, on s’équilibre.»

Faire marrer ou faire l’amour ?

« Faire marrer. Ou alors faire l’amour avec toutes les personnes de la salle. L’amour c’est trop égoïste alors que quand on rit, on partage. »

La blague pourrie qu’on te demande toujours de raconter parce que t’es humoriste ?

« Je la fais dans mon stand up : c’est un mec qui rentre dans un café et qui dit « coucou, c’est moi » et en fait c’était pas lui. »

Ce qui ne te fait jamais rire ?

« Le scato/vulgaire/sexisme. Si tu tapes dans les trois, t’es fort. »

Qui te fait toujours rire ?

« Louis de Funès, Blanche Gardin et Friends. Et là, s'il existe un 3 en 1, c'est vraiment fort. »

Est-ce qu’être drôle aide à séduire ?

« Oh que non. Bonjour la friendzone. Une meuf boute-en-train c’est anti-sexe au max. »

Tu t’interdis des sujets dans ton spectacle ?

« La politique, les origines et le sexe. T’as déjà assez d’étiquettes à porter en tant que femme. »

Passages, à partir du 29 septembre 2017 au théâtre du Lucernaire tous les vendredi et samedi + le dimanche à partir du 19 novembre.

Candice Joncour

back to top