AdopteUnMec.com

Dater en hiver - J’ai testé pour vous

Après le solstice de décembre, les températures se rafraîchissent mais le cœur reste chaud. En ces périodes calfeutrées, propices au rapprochements et aux activités d’intérieur, je ne porte pas votre mojo en berne. J’ai la fièvre, la bonne.

Philanthrope, j’ai pensé ce billet pour ceux qui comme moi, sont émus par cette ambiance qui prend le contre-pied des profiteroles, "froid dehors-chaud dedans".

J’ai ouvert mon ordinateur, lancé une requête Google et j’ai répertorié, épluché les différentes propositions de l’Internet concernant les lieux et activités de date en hiver.

J’ai repris, point par point, chaque suggestion de façon à vous présenter ici, l’inventaire détaillé de mes expériences, globalement loupées. J’espère que ce billet vous permettra d’éviter quelques fausses bonnes idées ou au moins... vous fera rire à mes dépens.

La patinoire ?

Je tiens à peine sur mes deux pieds avec des semelles à crampons et la dernière fois que j’ai fait du vélo, il devait avoir quatre roues. Pour ces premières rencontres, je m’épargne généralement les disciplines dans lesquelles je m’illustre piètrement. J’aurai d’autres occasions de m’humilier. Plus tard. Après la rupture.

L’escape game ?

Je n’ai pas d’amis.

Un rendez-vous à la bibliothèque ?

Je ne suis pas Hermione Granger.

Un café dans un bar à chats ?

Quitte à avoir des poils sur mon manteau, j’aimerais autant qu’il s’agisse des siens.

L’événement providentiel : le vernissage ?

Les stations debout prolongées sont à l’origine de mes nombreux malaises vagaux. Il est un peu tôt pour partager l’intimité d’une chute aussi spectaculaire.

Je ne peux pas m’empêcher de me faire remarquer.

Le marché de Noël ?

Il fait ressortir ce qu’il y a de pire en moi.

Je passe mon temps à pester après les gens, trop nombreux, grappés en lots, qui se posent comme deux ronds de flan en plein milieu de la circulation pour compter leurs pièces et s’acheter des trucs laids. Le parcours est ponctué d’embûches telles que les jeunes mères, à la recherche d’une écharpe en alpaga, qui forcent le passage armées de leurs poussettes dernier cri et de leur enfant premier cri.

Quant au vin chaud, c’est très souvent du mauvais vin parfumé aux épices cache-misère. Alors le vin chaud dans un verre en plastique... c’est comme tromper son mec avec un moche : pourquoi se faire du mal ?

Avec mon date, je partagerais bien un bretzel au fromage mais j’aurais peur que mon appétit l’effraie. S’il en veut une miette, il lui faudra être réactif.

Ensuite, je serais bien trop tentée par l’idée de faire mes courses en saucisson. Je me vois difficilement me trimballer 3,5 kilos de viande (gras) le restant de la journée ou de la soirée.

C’est peut-être la sortie la plus dispendieuse de ce flop.

Les activités faisant intervenir de la neige ?

Batailles de boules de neige (pour bien commencer sa relation !), luge, raquette ou ventriglisse pour les plus téméraires. Elles émargent une grande partie de la population. La dernière fois qu’il a neigé dans ma région, et que cela a tenu plus de quelques heures, j’avais encore des dents de lait. De façon générale, j’évite de rester trop longtemps dehors, dans le froid piquant de l’hiver. J’ai les muqueuses sensibles et mes narines suintent en dessous de 5 degrés. Si j’ai rencontré de nombreux fétichistes, aucun n’avait pour objet de fascination la morve.

Le cinéma ?

C’est pas idiot, au chaud, OKLM avec un paquet de Krema, la grande vie. Je ne conseille cette activité uniquement s’il s’agit d’un navet - j’aime autant regarder un bon film seule - je profite alors de ces 90 minutes pour essayer de faire tomber un popcorn au caramel entre ses cuisses. Cf. notre précédent excellent billet.

Une après-midi cuisine ?

Mais qui fait la vaisselle ?


Une fois n’est pas coutume, je vais conclure avec une note positive et vous présenter les options que j’ai testées et retenues.

Le restaurant

C’est toujours une excellente idée et... il faut bien se nourrir. Les plats rythment et séquencent les rencontres, manger donne une contenance et boire (un peu), de l’entrain. En hiver, c’est idéal : je prétexte le froid pour expliquer mon appétit.

Le bar (chic)

C’est bon pour l’allant.


ines a @lebitchclub pour Adopte

back to top