AdopteUnMec.com

Coup de foudre

Vous est-il déjà arrivé d’avoir un coup de foudre alors même que vous aimiez déjà ailleurs ? De sentir en vous battre les vagues en tempête sans parvenir à les expliquer, au détour d’un regard ou d’un instant échangé ? Si oui, bienvenue parmi ces lignes baignées à l’eau de rose… ou de boudin.

Petite recette pour coup de foudre

Pour assister à un feu d’artifice, son spectacle doit être préparé en amont. Eh bien, il en est de même pour le coup de foudre. Le feu d’artifice est semblable à notre folie. Peu importe son degré, pourvu que nous ne soyons pas complètement sage. L’autre le sentira, mieux, il le verra. Un sourire est déjà l’esquisse d’une certaine folie : celle de s’ouvrir à l’autre, cet autre à qui je donne le droit, en m’ouvrant à lui, de me faire mal. Oui. Pour vivre un coup de foudre, il faut être un peu fou. Il faut être un peu fou pour qu’il s’abatte sur nous, sans cela, nous ne vivons que des amours raisonnables. Et enfin ! Personne ne survit à la raison. Encore moins l’amour. Seulement voilà, certaines personnes ne vivent jamais le coup de foudre. La raison ne les laisse pas s’emporter dans les limbes de la passion. Par prudence souvent, par peur de sombrer, tout le temps. Mais si le risque est le prix de mon euphorie, de ma joie, d’un merveilleux souvenir si le bonheur ne dure pas, n’est-il pas à prendre ?

L’orgasme existentiel ou la petite mort

En anglais, pour parler de « coup de foudre », nous disons « love at first sight », qui se traduit littéralement par « tomber amoureux dès le premier regard ». L’anglais manque peut-être de subtilité, mais certainement pas de douceur. Et c’est en cela que la langue française est ici bien plus intéressante : sa beauté recherchée crée l’impact. Coup de foudre. Boum. Notre langue est beaucoup plus violente. Acérée. Elle sait marquer la passion par l’enchaînement brutal de deux mots forts en une seule et même expression. Frappé d’un coup, aïe, frappé par la foudre et je meurs. Si nous pouvons mourir frappé par la foudre lorsque l’orage gronde, pourquoi le coup de foudre ne ferait-il pas aussi office de petite mort ? A bien des égards, la catastrophe est naturelle et revient donc au même. La réalité n’existe plus. Le monde extérieur non plus. Tout est en pause. Le néant s’est invité dans notre corps, sauf qu’il nous a collé à la chair un sourire niais aux lèvres. Le présomptueux nous offre la sensation de mourir avant même d’être mort. Voilà ce qu’est le coup de foudre.

Attention à l’atterrissage

 Vous n’aviez encore jamais essayé la cocaïne ? Le coup de foudre vous offre ses effets. Vous rêviez enfant de devenir un aigle planant au dessus des hyènes, volez, volez, petit oiseau, vous y êtes enfin, tout en haut dans le ciel. Mais alors, quelles sont les consignes pour l’atterrissage ? Faut-il même descendre un jour ? Faut-il qu’on se sèvre ? Cette petite mort, si grisante soit-elle, ne nous a jamais autant donné de la vivre encore. Voilà son piège. Bien des fois, le coup de foudre offre des déceptions à la hauteur de son intensité. Pourquoi ? Parce qu’un coup de foudre consiste à aimer l’autre avant même d’avoir appris à le connaître. On aime follement sans nul mot. L’inexplicable est limpide. On s’extasie devant la nouveauté attrayante qui nous fait goûter à l’Absolu. La croyance est basée sur la sensation exacerbée que procure l’immédiateté de l’alchimie. On croit connaître l’autre depuis toujours, tandis qu’on ne connaît en réalité, rien, sinon rien du tout. Nous y sommes. L’atterrissage débute maintenant. L’extase devient l’agonie. Nous sommes soudain pris d’une envie terrible d’écouter des morceaux de piano pour pleurer les sensations du début. Dans Dom Juan, Molière écrit « Les commencements ont des charmes inexprimables ». Pour le coup de foudre, il s’agirait plutôt d’écrire « Les commencements ont des charmes irrattrapables ». Parce que les débuts offrent l’illusion d’aimer. Parce qu’on ne connaissait pas encore l’autre. Parce qu’on pensait qu’être aimanté suffisait à l’amour. Echec et mat.

Un coup de foudre réciproque peut-il se transformer en relation durable ?

Partons d’un principe : que la fin soit bonne ou mauvaise, toutes les âmes ne se rencontrent pas par hasard. Et parmi elles, il existe des coups de foudre qui dépassent l’instant. On les appelle les évidences. Ces évidences, si rares soient-elles, ont toutes le même point commun. Elles comprennent leur chance et l’importance de sa perte. Mais alors comment faire perdurer l’orage, l’orgasme existentiel, ce bonbon au miel ? Pour cela, il est utile d’être joueur. Mais davantage lorsqu’on sait jouer. Avec quoi, me demanderez-vous alors? Eh bien avec le désir. Pour que l’amour jamais ne s’éteigne, pour que l’évidence reste intacte, une seule règle, une seule carte : le désir. Arrosez votre relation de surprises, saupoudrez là de voyages, mais surtout, n’oubliez pas la pudeur, votre jardin secret, l’ultime ingrédient, si ce n’est l’essentiel. Se donner corps et âme pour garder l’autre est une chose, garder cette part d’insaisissable pour rendre le coup de foudre éternel en est une autre. Vous l’aurez compris, au XXIème siècle, l’amour est un jeu. Et allons, nul besoin de mes mots, vous connaissez tous les règles.

@LaDelicatesseDesMots
back to top