LAB

Les complexes des femmes

Publié le 12/06/2012 | 12H40

Les complexes, ça sent comme un trognon de pomme qu’on aurait oublié sous son lit pendant trois mois. Dans mon monde idéal, on n'en n’aurait pas, on n’en aurait jamais eu, on aurait envie de faire des bisous à nos corps et on ne serait jamais, jamais jalouse de quelqu’un d’autre. Dans mon monde idéal, on se sentirait bien dans nos pompes (aussi bien que dans nos bottes préférées qu’on a tellement porté qu’elles ont pris la forme de nos pieds). Si les complexes étaient des entités humaines comme vous et moi, je prendrais mon courage à deux mains et je leur mettrais un coup de boule bien senti dans les dents. Mais je me vois dans l’obligation de réfréner mes pulsions puisque les complexes ne sont pas humains et que je n’ai jamais su me battre.

Pour mieux les combattre, je vous propose de revenir sur les complexes des femmes (des plus classiques aux plus improbables), parce que la première étape quand on veut venir à bout d’un adversaire, c’est de le connaître (j’en parlais encore l’autre jour avec Bruce Lee).

>> “Je me trouve trop grosse”

Sachant que les médias s’amusent à nous matraquer de femmes au corps parfait plus ou moins photoshopé et à nous rabâcher que Scarlett Johansson est une femme ronde, il devient parfois difficile de gérer les quelques kilos que nous pensons avoir en trop. Chaque été, certains magazines aiment bien nous sortir les conseils minceur des stars. C’est l’occasion d’apprendre que Lisa Edelstein s’enfile un bol de bouillon et une tisane à la citronnelle en guise de dîner ou qu’Eva Longoria s’accorde une fois par mois le petit plaisir complètement badass de manger une part de pizza (que celles dans l’assemblée qui, lorsqu’elles se lâchent, auraient plutôt tendance à se faire une pizza entière avec des pintes de bière* lèvent la main bien haut). L’occasion donc, de vous poser la question une bonne fois pour toutes : êtes-vous vraiment prêtes à sacrifier les plaisirs de la vie pour avoir les cuisses fines et galbées ? vous demande-je en boulottant des kinder.

Mais comme je suis sympa, je vais vous donner mon unique secret minceur : je préfère toujours les escaliers à l’ascenseur. Surtout depuis je vis au rez-de-chaussée.

*A consommer avec modération.

>> “Je me trouve trop maigre”

On n’y pense peu quand on est soi-même omnub... obnib... obnubilées par les quelques kilos qu’on juge en trop, mais ces filles-là n’ont pas beaucoup plus de facilités à gérer leur complexe. Pourquoi? Parce que lorsque certains veulent consoler les rondes tourmentées, ils n’hésitent pas à sortir l’argument du “non mais tu sais, les mecs préfèrent les filles avec des formes, pas celle qui ont des cure-dents à la place des cuisses”.

Ces gens qui opposent les filles selon leur morphologie me feraient sortir de mes gonds si j’étais une porte (mais je ne suis qu’un être humain et me contente donc de froncer les sourcils tellement fort qu’ils m’en touchent la commissure des lèvres). Qu’on soit toutes rassurées : certains préfèrent les rondes, certains aiment les très rondes, certains préfèrent les minces ou les très minces et d’autres s’en foutent.

>> “J’aime pas mon nez”

Le nez trop long ou trop gros est aux complexes ce que le BigMac est au fast-food :un grand classique. Certaines réussissent à se faire à leur appendice nasal et à accepter l’idée qu’il fait tout le charme de leur visage, d’autres finissent par avoir recours à la rhinoplastie. Personnellement, quand j’étais petite, j’étais fascinée par les femmes au long nez et je tirais sur le mien pour l’étirer. Cette anecdote ne consolera personne, mais je trouvais que c’était la bonne occasion de la placer. >> “J’ai un trop petit bonnet”

Alors qu’il y a tellement d’avantages à avoir peu de masse sous le téton ; à peu près autant que d’être bien fournie au niveau mammaire.

>> “Mes orteils sont comme des knackis balls”

J’ai beau moi-même avoir des orteils ridicules, le complexe du pied n’est un principe que je ne conçois qu’en cas de mycose ongulaire, - et encore.

>> “J’aime pas mes genoux”

Trop gros, trop ridé, pas assez tonique, un peu carré ou que sais-je encore, certaines filles sont réticentes à l’idée de se mettre en jupe parce qu’elles ont leur genou en horreur.

>> “Mes lobes d’oreille pendouillent”

Dans le monde, il y a des gens qui se font opérer pour raccourcir et recoller leurs lobes d’oreille. Si vous envisagez de faire de même, mon conseil est le suivant : faites-vous offrir un cocker. Cela devrait vous aider à relativiser quelque peu.

>> “Non mais t’as vu mes cheveux ?!”

Quand on les a bouclés, on les voudrait frisés. Quand on les a frisés, on les voudrait raides. Quand on les a raides, on les voudrait bouclés. Notre rapport à nos cheveux est bien souvent l’illustration parfaite de l’expression “l’herbe est toujours plus verte ailleurs”.

>> “Je suis trop petite”

Ok, alors, Lady Gaga fait 1m55, Norah Jones culmine à 1m56 et le sommet du crâne de Natalie Portman est à 1m60 du sol. Ce complexe ne tient donc pas la route.

>> “Mon nombril ressort”

(Oui, ce complexe existe : je le sais, j’ai googlé pour vérifier). C’est absurde. C’est absurde, parce qu’avoir le nombril bombé, c’est partir dès la cicatrisation post-coupage de cordon ombilical avec un sacré avantage par rapport aux autres tant il est long et compliqué de nettoyer un nombril creux de fond en comble.

>> “Ma voix est bien trop désagréable”

Pour vous rassurer, dites-vous que si Macha Béranger a fait une grande, longue et belle carrière radiophonique remplie de succès, il n’y a aucune raison de complexer sur son organe vocal.

>> “Mon visage est asymétrique”

GRANDE NOUVELLE : tous les visages le sont, à des degrés différents. Pourtant, je n’ai jusqu’à présent jamais croisé quelqu’un qui avait l’air de sortir d’un tableau de Picasso. Si vous êtes concernées par ce complexe, détendez-vous donc, dîtes-vous que c’est le cas de tout le monde et lâchez-moi ce double-décimètre.

>> “J’ai une vilaine peau”

Il arrive qu’on se sente comme un sac en plastique flottant au gré du vent* simplement en se regardant dans le miroir et en constatant l’apparition de nouveaux comédons ; mais comme disait Boris Vian, “si vous avez des points noirs, ne vous regardez pas dans une glace et ils disparaîtront”.

J’ai appliqué ce conseil très simple à la lettre, et en effet, ça va beaucoup mieux. En revanche, mon trait d’eye-liner en pâtit sévèrement.

*Message pour celles qui n’auraient pas compris à quoi je me référais dans cette phrase alambiquée : c’est la traduction quasi littérale du tout début de cette chanson aux paroles hautement philosophiques :

À 1000 likes on offre un tour du monde à dos de licorne.

Articles aussi débiles

Video du Jour

Nos partenaires

Produits à adopter

  • Grolapin

    Grolapin

  • Kevin     I

    Kevin I

  • Alexharakai

    Alexharakai

  • Max

    Max

  • Négrito

    Négrito

  • Sosantos

    Sosantos

  • Moneynobeprob

    Moneynobeprob

  • Pabien

    Pabien

  • Alchimie

    Alchimie